Watchmen - les gardiens / Watchmen / Zack Snyder

Publié le par Limess






Sortie: 4 mars 2009

> L'histoire: Aventure à la fois complexe et mystérieuse sur plusieurs niveaux, "Watchmen - Les Gardiens" - se passe dans une Amérique alternative de 1985 où les super-héros font partie du quotidien et où l'Horloge de l'Apocalypse -symbole de la tension entre les Etats-Unis et l'Union Soviétique- indique en permanence minuit moins cinq. Lorsque l'un de ses anciens collègues est assassiné, Rorschach, un justicier masqué un peu à plat mais non moins déterminé, va découvrir un complot qui menace de tuer et de discréditer tous les super-héros du passé et du présent. Alors qu'il reprend contact avec son ancienne légion de justiciers -un groupe hétéroclite de super-héros retraités, seul l'un d'entre-eux possède de véritables pouvoirs- Rorschach entrevoit un complot inquiétant et de grande envergure lié à leur passé commun et qui aura des conséquences catastrophiques pour le futur. Leur mission est de protéger l'humanité... Mais qui veille sur ces gardiens ?

Commencer par dire que je n'ai pas lu le roman graphique d'Alan Moore et de Dave Gibbons s'avère primordial tant Watchmen se révèle d'une complexité différente selon la connaissance de l'oeuvre ou non. Publié entre septembre 1986 et octobre 1987, il est considéré par le Times comme l'un des "100 meilleurs romans en langue anglaise depuis 1923" et a donc, bien entendu, déjà faillit être adapté un bon nombre de fois à l'écran. Mais alors que Terry Gilliam, Paul Greengrass ou Darren Aronofsky s'y sont cassés les dents, c'est à Zack Snyder qu'est revenu ce privilège, le réalisateur de l'insupportable 300. Et en tant que fan de l'oeuvre originale, il a voulu rester le plus fidèle possible, gardant pour cela sa construction touffue. Un choix qui fait de Watchmen un film extrêmement dense et riche, au point de perdre parfois quelques spectateurs en route. L'oeuvre de Zack Snyder repose ainsi sur une sorte de melting-pot de formes, mélangeant présent, flash-back et utilisation d'une voix-off, afin de présenter, chacun à leur tour, les différents personnages, leurs particularités et leurs passés. Une sorte de puzzle, assez complexe, mais qui se met progressivement en ordre tout en laissant néanmoins de côté quelques éléments de l'intrigue, pas toujours très clairs - Dr Manhattan et la planète Mars, par exemple.

Mais une fois passé ce petit temps d'adaptation, Watchmen se révèle être une excellente surprise, bien loin des films de super héros habituels dont nous gave depuis quelques années Hollywood - The dark knight, mise à part. Il ressort ainsi de l'oeuvre un mélange efficace entre un côté très ludique et une réflexion sur le super héros et l'homme en général. A la manière de ce qu'il faisait dans 300, tout en se rapprochant plus du Sin City de Robert Rodriguez, Zack Snyder s'amuse à styliser la violence, usant assez modérément des ralentis, se rattrapant sur quelques scènes kitsch, tel qu'une partie de jambe en l'air sur le Allelujah de Leonard Cohen. Ludique aussi dans ce que propose l'histoire, bien entendu déjà présent dans le roman graphique original. Ainsi,  Les watchmen sont insérés dans leur époque - l'intrigue étant située dans les années 80, en pleine guerre froide - de manière tout a fait prodigieuse. A travers un générique absolument renversant, sur le Times they are-a changin' de Dylan, Watchmen propose une réécriture totale de l'histoire américaine et mondiale, aussi bien d'un point de vue politique que culturel. S'ils avaient réellement existé, l'Amérique aurait gagné la guerre du Vietnam en quelques jours, Nixon aurait été réélu, Kennedy aurait été assassiné par l'un d'entre eux et Warhol les aurait immortalisés sur ses toiles. Le film proposant d'insérer ses superhéros dans une réalité parrallèle afin de mieux critiquer encore la société américaine. Car Watchmen, c'est surtout une oeuvre politique, parfois radicalement d'ailleurs et moralement douteuse, donnant son propre point de vue sur l'American way of life. Ses justiciers sont des héros déchus dans un pays qui interdit de porter des masques, au point d'être tentés d'imposer leurs propres règles, à coup de quelques bastons et morts par ci par là. C'est aussi une autre façon de voir les super héros, dans leurs quotidiennetés, entre leurs problèmes sexuels et moraux... Difficile en réalité de résumer en quelques phrases cette oeuvre incroyable et tout ce que l'on peut ressentir. Sachez juste qu'elle jouit d'un casting renversant, entre Patrick Wilson - Little children -, Billy Crudup - Big fish -, Malin Akerman - Les femmes de ses rêves -, Matthew Goode - Match Point -, Jeffrey Dean Morgan - Grey's anatomy - et surtout Jackie Earle Haley qui après son rôle de pédophile dans Little Children trouve une nouvelle fois un personnage troublant à la hauteur de son talent, avec Rorschach. Un film riche et puissant, donc, visuellement très beau, qui en décontenancera certainement plus d'un tout comme il en ravira d'autres. Un véritable OVNI dans le monde des super héros, à la B.O d'enfer et qui malgré quelques longueurs - 2h43 tout de même - tient réellement bien la route de bout en bout.





Crédit photo: Paramount pictures france 

Publié dans En salles

Commenter cet article

Clem 27/03/2009 03:24

C'etait tout simplement OUF....Et même ses 2h43 nous permettent d'etre plongé entierement dedans! Et plus le temps passe depuis son visionnage, plus je l'apprécie....300 etait beau, mais lourd, et vide, alors que celui est beau, plus subtil (enfin...) et avec une vraie histoire originale! De mieux en mieux le ptit Snyder

Ashtray-girl7 17/03/2009 00:42

Ma foi, c'est une bonne synthèse de l'oeuvre! Même si tu sembles moitié moins séduite que convaincue, non?
Pour ma part, Watchmen m'a clouée sur place, littéralement. Je me suis torturée intérieurement pendant une semaine après l'avoir vu et, ne tenant plus en place, suis retournée le voir ce soir. Déjà culte dans mon univers, ce film est bien parti pour m'obséder un bon bout de temps. Je suis comme toi, je n'ai pas (encore) lu l'oeuvre originale (dix fois plus alambiquée que la narration choisie par Snyder, à ce qu'on ne cesse de me répéter, et au final différent), et j'ai eu quelques difficultés à tout suivre la première fois. Là, les choses mises dans leur contexte, formidablement riche, l'histoire prend tout son sens, même si sa complexité la rend très difficile à décrire... Watchmen est un film sublime, et un triture-méninges fantastique!

Limess 19/03/2009 11:26



C'est vrai que c'est une oeuvre très particulière, les critiques sont plutôt élogieuses en tout cas, dans l'ensemble. J'ai eu beaucoup de mal à tout comprendre, et j'ai trouvé parfois le temps un
peu long, mais j'ai en tout cas très envie de me plonger dans la BD. Et c'est déjà une très bonne chose !