La ville fantôme / Ghost town / David Koepp

Publié le par Limess





Sortie: 11 mars 2009

> L'histoire: Bertran Pincus est un homme chez qui les relations humaines laissent à désirer. Il meurt soudainement puis ressuscite miraculeusement après sept minutes. Il se réveille alors avec le don particulièrement gênant de pouvoir parler à des fantômes. Pire, il semblerait qu'ils cherchent tous à obtenir quelque chose de lui, spécialement Franck Herlily qui le harcèle en lui demandant de tout faire pour annuler le mariage de sa veuve Gwen.

S'il est un scénariste reconnu - Jurassic Park, Mission: impossible ou Spider-man, c'est lui -, David Koepp ne peut pas en dire autant en tant que réalisateur, La ville fantôme étant son quatrième long métrage après, entre autres, Hypnose et Fenêtre secrète. Mais si, souvenez-vous, Johnny Depp, John Turturro et Stephen King ! Dans ce nouveau film, David Koepp change totalement de registre, lui qui était resté cantonné au thriller, en s'attaquant à la comédie romantico-fantastique où un fantôme va jouer le rôle du chaperon entre son ex-femme et un dentiste névrosé, qui, suite à une opération où il est mort cliniquement pendant sept minutes, peut voir les morts. De gentils fantômes qui lui demandent de les aider, à la manière de ceux qui terrorisaient Haley Joel Osment dans Sixième sens. Un point de départ sympathique pour une comédie qui commençait plutôt bien, notamment par son excellent rythme, où David Koepp présentait assez adroitement les différentes caractéristiques de ces personnages. Jusqu'a ce qu'il s'embourbe dans des clichés très hollywoodiens et dévoile un film extrêmement fade.

Car une fois les enjeux dramatiques posés, ce film déroule son intrigue de manière prévisible, le spectateur voyant venir de loin chacun des rebondissements. Mais plus encore, c'est tout l'humour qui fonctionnait au départ, dans la création de ce duo exquis entre Greg Kinnear et Ricky Gervais, où les répliques fusaient plus vite qu'une balle de ping pong, qui disparaît au fur et à mesure. Faisant place à un discours bien trop sage sur l'importance de s'ouvrir aux autres. Ricky Gervais campant un personnage manique et renfermé, qui au contact de ces fantômes, va devenir sociable. Nouant enfin des liens avec ses voisins ou ses collègues de bureau. Alors, ajouter à cela une romance attendue et déjà vue, même si très touchante, et vous voilà avec La ville fantôme. Petite déception, donc, pour un film qui avait pourtant un fort potentiel comique, notamment grâce à son trio de tête - la douce Téa Leoni complétant ce tableau masculin. Malheureusement, il n'en ai rien, La ville fantôme étant une comédie pas très drôle malgré le petit rôle de Kristen Wiig, reprenant son même numéro que dans En cloque, mode d'emploi et tous les efforts de Ricky Gervais, en grimaces et en jeux de mots. Un acteur qui aura donc loupé son arrivée sur le grand écran en tant que premier rôle - après des seconds dans La nuit au musée, notamment -, lui qui est un humoriste reconnu en Angleterre pour sa série The office, reprise aux États-Unis avec Steve Carell. Un film à voir dans tous les cas en V.O pour ce match délicieux qui se joue entre l'accent américain et l'accent bristish !





Crédit photo: Paramount Pictures France  

Publié dans En salles

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article