Antichrist / Lars Von Trier

Publié le par Limess





Sortie: 03 juin 2009

> L'histoire: Un couple en deuil se retire à " Eden ", un chalet isolé dans la forêt, où ils espèrent guérir leurs coeurs et sauver leur mariage. Mais la nature reprend ses droits et les choses vont de mal en pis...

Que de brouhaha sur la croisette après la projection d'Antichrist, nouvelle réalisation du génial mais très controversé Lars Von Trier. Un réalisateur qui, quoi qu'il fasse, déchaîne les foules et les passions, certains lui vouant même un culte de haine ! Pour ma part, Lars Von Trier est un cinéaste que je suis avec envie, aimant à découvrir toutes les folies et excentricités de ses mises en scène, tout comme ses prises de risque. C'est un peu ce qui s'est passé avec Antichrist, LE film polémique de Cannes, donc, dans lequel Lars Von Trier réécrit les textes bibliques et part dans un trip érotico-fantastique. L'histoire d'un couple qui, suite à la mort de leur enfant, part faire son deuil au fin fond de la forêt avant de sombrer radicalement dans la folie. Une histoire écrite lors d'une période de dépression avec laquelle Lars Von Trier va jusqu'au bout et sans concession.

 

D'abord, il y a le film, d'une violence et d'une cruauté sans nom. Démarrant par une scène de défenestration au ralentit d'un petit garçon, tandis que les parents couchent comme des bêtes dans cette même pièce, Antichrist introduit très efficacement la relation entre la mort et la sexualité qui s'imposera dans sa seconde partie. Les images sont belles, puissantes et déjà provocatrices, Lars Von Trier n'hésitant pas à filmer la pénétration de manière totalement gratuite ! Puis, vient l'heure du deuil où Charlotte Gainsbourg impose une nouvelle palette de son jeu, comme on ne l'avait jamais vu auparavant. Le mari se transforme en thérapeute, avant de proposer à sa femme de partir en forêt se reposer et vaincre ses peurs. Grave erreur, la suite se transformant en une montée en puissance d'une violence incroyable. Le sexe est associé à la souffrance, retranchant peu à peu la femme dans la folie. Automutilation, tournure physique et psychologique, le film rejoue des scènes de la bible en l'insérant dans la vie réelle. La femme est responsable des maux des hommes, au sens littéral du terme, Eve ayant croqué la pomme, la pécheresse ! La femme avec un grand F est le diable en personne, c'est pourtant bien connu ! A travers Antichrist, Lars Von Trier livre une oeuvre d'une rare misogynie au propos totalement abjecte. Tout est fait pour le détester et pourtant... Antichrist est un film que j'aime.



Car il y a le film et il y a la manière de le mettre en scène. Deux choses totalement différentes et pourtant complémentaires à l'intérieur de cette oeuvre. Outre la beauté visuelle d'Antichrist, souvent à couper le souffle, celui-ci permet surtout à Lars Von Trier de prendre tout le monde de court, de manière quasi jubilatoire. Lui qui est un cinéaste en permanence critiqué et détesté, traité de mégalomane alors qu'aucun de ses films précédents ne le faisait ressentir. Avec Antichrist, Lars Von Trier donne l'impression de faire un immense bras d'honneur à tout ceux qui le critique, leur tendant des perches immenses. Le film est ainsi très premier degré, au point de parfois provoquer le rire – le renard qui parle -, donnant dans une violence et des plans sexuels totalement gratuits. Le premier plan introduit le nom du cinéaste, en énorme sur l'écran, avant le film en lui-même. Charlotte Gainsbourg se masturbant au milieu de la forêt, se mutilant dans une scène que finalement personne n'a vu, trop occupé à tourner la tête ! Le concept est d'ailleurs génial, réaliser un plan tellement fort que personne ne le verra ^^ Ce que j'aime chez Lars Von Trier et dans Antichrist, c'est qu'il est dans une démarche totalement jusqu'au boutiste, prenant de court tout ceux qui l'attendaient avec impatience pour lui taper une fois de plus sur la gueule. Dommage pourtant qu'il n'aille pas assumer sa position durant la projection officielle, préférant se cacher dans les toilettes plutôt que d'affronter les réactions du public. Antichrist est dans tous les cas un film qui déchaîne les passions et que l'on aime, ou que l'on déteste, il est impossible d'avoir un avis tranché. Le débat sur la croisette est houleux et rien que pour ça, MERCI LARS !



> Festival international de Cannes 2009: Prix d'interprétation féminine

Crédit photo: Les films du losange

Publié dans Festivals

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Justy 27/05/2009 18:57

Ce film est d'une inutilité sans nom. Moi grande adepte de Lars Von Trier, du bizarre et du gore je n'ai que du mépris pour ce film qui cherche à choquer, avec des moyens beaucoup trop faciles.
Y a juste la première scène du film qui est à peu près potable, le reste n'est que blabla inepte, vide, et délire malsain.
On ne peut que rire de mépris devant cette bouse :D

MG 21/05/2009 22:26

Et là on est fier d'avoir Mélissa dans nos rangs ! Très content que tu fasses parti des critiques positives, et j'espère que ce sera mon cas aussi ;)