Soirée d'ouverture du 35e festival de Deauvile

Publié le par Limess


Qu'on se le dise, le festival de Deauville, pour tout « jeune premier spectateur » qui se respecte, n'a absolument rien à voir avec celui de Cannes. De par sa fréquentation, d'abord. De son accueil, ensuite. Car alors que l'on annonce à la presse une séance d'ouverture malheureusement complète, il suffit de se rendre sur « la terrasse », lieu de prédilection des festivaliers, pour s'entendre dire, et ce, de manière tout à fait incroyable, « restez bien ici, appelez vos amis, nous avons plus de 300 invitations à donner ». Simple fait d'un démarrage en douceur ou annonce d'un événement sur le déclin ? Quoi qu'il en soit, le programme est clair, les stars américaines ne se déplaceront pas en masse, à l'exception de quelques têtes d'affiche. « C'est la crise », comme le clament déjà certains journalistes, un peu aigris par le manque de soirées prévues - « seulement trois, juste le week-end ».

Soirée d'ouverture, donc, en ce vendredi 04 septembre. Le tapis rouge est dressé. Les voitures partenaires, prêtes à parcourir les quelques mètres qui séparent celui-ci de l'hôtel. Les photographes du dimanche, sur le qui-vive. Et alors que l'équipe du film d'ouverture, The time traveler's wife - dont je reparlerais plus bas - se fait attendre, le présentateur, lui, a bien du mal à broder. Il faut le voir gesticuler dans son smoking, demander fièrement à Dany Boon ce qu'il pense du temps - « Ils annoncent du beau pour demain » - ou à Anne Consigny comment elle vit son premier festival - « Je ne sais pas encore, je viens juste d'arriver ». Jusqu'à ce qu'Eric Bana et Rachel McAdams viennent le libérer de sa torture, permettant à la cérémonie de bien vouloir démarrer. Un discours de bienvenue assez traditionnel plus tard, sous forme de présentation des événements à ne pas manquer, et le festival accueille Julia Migenes, étonnante cantatrice américaine, venue célébrer en fanfare ce 35e anniversaire. Une vraie diva, à l'instar du nom de son nouvel album, « Diva Hollywood », chantant sur scène quelques morceaux de bandes originales, de Titanic à L'ange bleu, sous l'oeil des photographes en transe. Enchaînant les poses suggestives au son des cliquetis des appareils photos. L'ambiance est chaleureuse, idéale pour recevoir, par la suite, les deux acteurs américains sur scène. Le temps pour notre présentateur favori de dégainer sa meilleure question, soit la même pour Eric Bana et Rachel McAdams: « Quelques mots sur le film ». « J'ai beaucoup aimé travailler avec Eric. ». « Ce fut une belle expérience ». Emballé, c'est pesé.

Et ce film alors ? The Time traveler's wife suit la romance de Clare et d'Henry, un couple tout à fait ordinaire si ce dernier n'était pas atteint d'un trouble génétique lui permettant de voyager dans le temps. Soit une histoire d'amour spatio temporelle où le N'oublie jamais de Nick Cassavetes croiserait les scénaristes de Lost. Le film est une extraordinaire guimauve, bien trop sucrée pour être tout à fait digeste. Robert Schwentke aura néanmoins réussi à nous faire verser une petite larme, à coup de redondance scénaristique et d'une musique omniprésente (2/5). Le long métrage est prévu par les fêtes de fin d'année, comme quoi les distributeurs ne se sont donc pas trompés sur la marchandise. Une ouverture en demi teinte, donc, pour un festival qui, d'un premier coup d'oeil, paraît plus chaleureux et humain que peut l'être celui de Cannes. Espérons que les jours à venir viendront confirmer ses premières impressions. Notez seulement que l'endroit le plus hype cette année n'est pas le bar d'un hôtel excessivement cher mais bien les toilettes du C.I.D. Vous y croiserez peut-être quelques acteurs ou actrices, comme ce fut mon cas avec Ronit Elkabetz.

> Egalement publié sur Ecran Large.

Publié dans Festivals

Commenter cet article

Clem 11/09/2009 12:29

Merci encore pour toutes ces infos..ce matin a France inter le Maire de Deauville précisait que la fréquentation est en augmentation de pret de 40%, presque, si ce n'est toutes, les seances completes!

Biz!

Vincent 09/09/2009 11:52

Ronit Elkabetz va aux toilettes ? Je tombe des nues...