Bilan et palmarès deauvillois

Publié le par Limess

Loin de Cannes, cette 35e édition de Deauville, malgré tout ce que l'on peut en dire, reste un événement assez incroyable. Peu de "stars", certes, mais un festival ecclectique, très cinéphile et tourné quasi exclusivement vers la découverte de petites perles du cinéma américain, privilégiant l'indépendant. Résultat, j'ai pu voir 24 films en seulement une semaine - "Quelle boulimique, je fais" - pour beaucoup de bons longs métrages. J'ai pu voir dix des onze longs métrages présentés dans la compétition, le onzième étant, bien entendu The messenger, grand prix du festival. Haha ! Mon grand prix personnel aurait été à The Killing Room, un film radical et extrêmement politique. Je mettrais en ligne dans la semaine les critiques de ces différents films. En attendant, place aux résultats du palmarès. See you later, aligator !

* Grand prix: The messenger, d'Oren Moverman

* Prix du jury: Precious, de Lee Daniels et Sin Nombre, de Cary Fuji Fukunaga

* Prix de la révélation Cartier: Humpday, de Lynn Shelton

* Prix de la critique internationale: The messenger, d'Oren Moverman

Publié dans Festivals

Commenter cet article