A l'Origine / Xavier Giannoli

Publié le par Limess




COUP DE COEUR

Sortie: 11 novembre 2009

> L'histoire: Philippe Miller est un escroc solitaire qui vit sur les routes. Un jour, il découvre par hasard un chantier d'autoroute abandonné, arrêté depuis des années par des écologistes qui voulaient sauver une colonie de scarabées. L'arrêt des travaux avait été une catastrophe économique pour les habitants de cette région. Philippe y voit la chance de réaliser sa plus belle escroquerie. Mais son mensonge va lui échapper.

Dans Quand j'étais chanteur, Xavier Giannoli se prenait de passion pour un chanteur des villages, anti-héros contemporain mais toujours plongé dans un passé bien révolu. Bercé par des anciens tubes quasi has-been, cherchant maladroitement à rester éternellement jeune (Ah, les mèches de Gérard Depardieu). Dans A l'Origine, Depardieu est toujours là, campant un malfrat bientôt roulé par un petit escroc dans une France de 2009, touchée par la crise et le chômage. A la recherche d'une prochaine arnaque à monter, celui-ci se retrouvera dans un village isolé où git à ciel ouvert les restes d'un chantier inaboutit d'un tronçon d'autoroute. Conscient du magot que pourrait lui ramener une telle entreprise, celui que l'on prénomme désormais Philippe Miller se lancera sans tarder, sans penser, néanmoins, aux conséquences de son acte. Là réside toute la puissance du scénario de Xavier Giannoli, construisant son film sur un personnage entre deux, mi-héros, mi-voyou. Car en ré-ouvrant les travaux, Philippe redonnera de l'espoir à toute une population, dans l'attente, depuis bien trop longtemps, que quelqu'un vienne un jour les tirer de leur torpeur. Et alors que cela ne devait être qu'une escroquerie de plus, Phillippe, éternel solitaire, se prendra bientôt d'affection pour tous ces habitants, de Monika, jeune mère pauvre, alternant plusieurs jobs histoire de s'en sortir, à Nicolas, son petit ami ou Stéphane, la maire du village avec qui il nouera progressivement une relation. Jusqu'à ce que des rumeurs viennent circuler sur l'aspect légal des travaux, qu'un certain nombre d'incohérences soient peu à peu révélées, mettant Philippe au pied du mur, face aux nombreux mensonges qu'il a pu inventer dans son acte de bravoure.


Porté par un François Cluzet tout simplement hallucinant, apportant une douceur et une mélancolie magnifique à ce personnage décontenançant, A l'Origine fonctionne avant tout par la sympathie qui se noue petit à petit à celui-ci. Nous transportant avec vitalité dans un univers peu cinématographique, celui des chantiers d'autoroutes, des laves de goudrons et des tractopelles. En imposant une tension implacable et de plus en plus prenante, Xavier Giannoli nous entraîne alors littéralement avec ce personnage, A l'Origine se faisant de plus en plus émouvant. La moindre scène, de par son actualité brûlante, donnant lieu à une série d'émotions. A l'instar de ce réveil en fanfare des enfants de la ville, applaudissant chaudement à l'arrivée des machines, sonnant le début des travaux et une probable sortie de crise pour quelques uns d'entre eux. On dit souvent que le cinéma français agace dans sa capacité à toujours s'appuyer sur des histoires quotidiennes, n'explorant que trop peu les univers fantastiques. Quant il est grandiose, cela en devient une expérience intense et passionnante, comme peut l'être A l'Origine. En donnant la part belle à de jeunes comédiens, Vincent Rottiers et Stéphanie Sokolinski, plus connue comme chanteuse et sous le pseudonyme de Soko, mettant en scène une Emmanuelle Devos épatante, Xavier Giannoli livre un très grand film, une belle fresque humaniste alliant à merveille un magnifique casting et une histoire aussi solide que puissante. L'outsider français de Cannes aura en tout cas prouvé ici qu'il a tout d'un grand, s'imposant comme un des cinéastes les plus exaltants de sa génération.




1. François Cluzet: Les liens du sang / Paris / Le dernier pour la route
2. Emmanuelle Devos: Plus tard tu comprendras / Les Beaux gosses / Les herbes folles

> Festival internationnal de Cannes 2009: en compétition

Crédit photo: EuropaCorp

Publié dans En salles

Commenter cet article