Buried / Rodrigo Cortés

Publié le par Limess

buried

 

Sortie: 03 novembre 2010 (France) / 29 septembre 2010 (Irlande)

> L'histoire: Un jour comme les autres, Paul (Ryan Reynold), convoyeur américain, se réveille dans un cercueil. Enterré six pieds sous terres avec pour seule compagnie un briquet et un téléphone portable, à moitié rechargé. Découvrant sur le tard qu'il vient d'être enlevé et que les 90 prochaines minutes sont peut être les dernières qui lui restent à vivre...

Bénéficiant d'un incroyable buzz depuis sa programmation au dernier festival du film américain de Deauville, Buried, de l'espagnol Rodrigo Cortés, s'inscrit dans la droite lignée de ses films concepts, de Cube à Frozen. Soit un lieu quasi unique pour un nombre de personnages minime. Un homme se réveille dans un cercueil. A sa disposition, un briquet, un stylo et un Blackberry, à moitié rechargé. Comment est-il arrivé là ? Pourquoi est-il là ? Et surtout, qui a organisé ça ? Autant de questions auxquelles Paul, convoyeur américain, aura 90 minutes - soit la durée du film - pour y répondre, découvrant peu à peu qu'elles pourraient bien être les dernières qui lui restent à vivre. L'occasion surtout d'une expérience cinématographique aussi intense que claustrophobique. Car le concept de Buried est, en réalité, "des plus simples": se retrouver enfermés, le temps d'un film, à l'intérieur d'un cercueil avec pour seule compagnie un personnage unique. Dans la noirceur de la salle de cinéma, seule la petite lumière du briquet - puis de la torche - de Paul nous sert de point de repère, l'écran même devenant les contours de cette minuscule boite en bois. Nous forçant, spectateurs, à ralentir notre rythme respiratoire afin d'économiser de l'oxygène. Faisant de Buried un film d'action haletant presque sans action, l'intrigue du film reposant presque uniquement sur la communication qui va peu à peu se mettre en place entre Paul et le monde extérieur. Enfermés avec lui sans aucune information, le film fait peu à peu la lumière sur la situation, au fil de son enquête. Où est-il ? Qui sont ses ravisseurs ? Pourquoi lui ? Et de tisser en toile de fond une tribune sur la situation actuelle des américains en Irak, encore embourbés dans une guerre dont ils n'arrivent pas à se dépêtrer. Simple convoyeur, Paul a ainsi été "symboliquement" enlevé, lui qui était au mauvais endroit, au mauvais moment. A l'aide de son téléphone portable, Paul devra alors tout faire pour sauver sa peau, entre négociations avec les ravisseurs, recherche d'informations auprès de ses employeurs et appels vains à sa famille. Et dans une société où la communication a rarement été aussi développée, il n'aura jamais aussi dur d'avoir quelqu'un au bout du fil...

buriedd.jpg

Si Buried prend parfois des allures de film opportuniste, enfonçant des portes ouvertes avec manque de subtilité - le preneur d'otage à l'accent caricatural, un certain manichéisme -, Rodrigo Cortés impressionne néanmoins par sa capacité à tenir en haleine. Ne quittant jamais son acteur unique, Ryan Reynolds, à la performance incroyable, lui qui se débarasse - enfin - de ce corps qui a fait - en partie - sa popularité. Le réalisateur, de part le rétrécissement de l'unité spatiale, ne filmant plus que son tronc. Faisant alors de Buried un film minimaliste mais au suspense et à l'émotion toujours prégnants. Seul bémol, les effets de style auxquels se livre parfois le réalisateur, comme tiraillé par le manque d'effets de mise en scène que son film concept lui permet. Prenant soudain de la hauteur par rapport à ce corps - comme si le cercueil était infini -, usant par moment de ralentis poussifs, passant de temps à autre derrière la cloison de bois. Affectant alors parfois la crédibilité de l'oeuvre. Pour le reste, le film se révèle véritablement de l'ordre de l'expérience, réussissant son pari initial, celui de nous plonger littéralement sous terre. Au point d'en devenir légèrement traumatisant !

etoile1.jpgetoile1.jpgetoile1.jpgetoile4.jpgetoile2.jpg

> Ryan Reynolds: La Proposition


Crédit photo: Lionsgate Films

Publié dans En salles

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

test chlamydia 03/12/2010 14:09


I am so pleased that so great writers give their creations in our world. In case I were the queen of the monarchy, I would grant the writer of this article with gold