Cannes 2010

Publié le par Limess

Cannes-2010-119.JPG 

Décidément... Je ne tiens pas mes promesses ! Depuis mars, l'envie d'écrire et le manque de temps auront eu raison de mon blog. Et alors que je vous promettais un compte rendu détaillé de mon aventure cannoise, celui s'est arrêté au jour 1... C'est dire le peu de motivation et de temps trouvé. Néanmoins, ne pas vous raconter ce qui s'est passé là-bas, malgré les multiples récits de multiples blogueurs, serait pour moi une déception. Parce qu'il faut bien le dire, cette année fut tout à fait particulièrement, elle qui fut placée sous le signe de la chance intégrale. D'abord, parce que j'ai, malgré mon mini badge - oui, oui, le badge cinéphile qui ne vous fait rentrer nul part à moins de faire deux heures de queue -, réussit à voir l'intégralité de ce que je souhaitais voir au festival. Dans la compétition officielle comme dans les compétitions parallèles. Ensuite, parce que cette année fut une moisson tout à fait délirante en terme de rencontres cinématographiques. Rien de plus normal que de voir Catherine Deneuve, Pedro Almodovar ou Alex de la Iglesia à la projection d'un Buñuel. Venir applaudir Xavier Dolan, Michelle Williams ou Ryan Gosling lors de la projection de leurs films. Parler à Louis Garrel - Aaaaaah !. Voir un film un rang devant Tim Burton. Croiser Benicio del Toro à la sortie d'une séance. Faire la fête avec Melvil Poupaud, Grégoire Leprince-Ringuet et Louise Bourgoin. Obtenir un autographe de Mick Jagger !!! Rien que ça.

Une folle et surréaliste année que j'ai vécu dans une bulle euphorique. Le genre d'histoire qui ne vous arrive qu'à Cannes, coupé du monde pendant dix jours, le temps d'un festival toujours aussi enivrant. Endroit où l'on peut se faire fouiller pour voir un film - Hors-la-loi -, ou les gens s'insurgent ou, au contraire, s'extasie bruyamment pendant une séance - incroyable séance de Tamara Drewe -, où l'on passe du rire aux larmes, de la joie à la frustration en un clin d'oeil... Où toute votre journée ne peut tenir que sur la simple question: "Arriverais-je à avoir une place bleue pour tel film ?". De quoi me donner encore plus envie d'y retourer l'année prochaine, malgré mon voyage à l'étranger - dont je vous en reparlerais très bientôt -, histoire de revivre encore des émotions aussi fortes que celles que m'a procuré cette année le festival de Cannes !

Publié dans Festivals

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Silice 13/06/2010 16:19


Je viens de finir ton article en murmurant "Wahou". Ton Cannes n'a pas du être mal en effet (moi aussi, un jour, j'irai...), je te souhaite la même chose pour l'année prochaine !