Complices / Frederic Mermoud

Publié le par Limess

1-copie-3.jpg


Sortie: 20 janvier 2010

> L'histoire: Vincent (Cyril Descours), jeune adolescent, est retrouvé sans vie dans le Rhône. Deux mois plus tôt, celui-ci vivait pourtant une passion amoureuse avec Rebecca (Nina Meurisse), recontrée par hasard dans un cyber-café du coin. Chargés de l'enquête, Hervé Cagan (Gilbert Melki) et Karine Mangin (Emmanuelle Devos) remonteront le fil de l'histoire, entre amour et sombres histoires d'argent...

De la complicité à être complices de quelque chose, il n'y a qu'un pas chez Frederic Mermoud, livrant avec Complices, donc, une première oeuvre osée et audacieuse. Mettant en parallèle la rencontre entre deux adolescents, Vincent et Rebecca, et une enquête policière, quelques mois plus tard, autour de la découverte du corps de ce même Vincent. Menée "tambour battant" par les inspecteurs Hervé Cagan et Karine Manguin. Passant d'une partie à l'autre avec une fluidité parfaitement maîtrisée, le cinéaste construit son film à la fois autour de la romance de ces deux ados et cette enquête qui tentera de rassembler les pièces du puzzle. Annonçant la mésaventure future des deux premiers. A travers ce procédé, le spectateur jouit ainsi toujours d'un temps d'avance, donnant une certaine mélancolie et tristesse à l'ensemble, nous rappelant à chaque fois que l'on retrouve Vincent et Rebecca que leurs jours ensemble sont comptés... Opposant leur "insouciance" à la triste réalité des deux inspecteurs. Leur relation fusionnelle à l'existence morne de ces deux derniers. Car Vincent et Rebecca ont tout d'un couple parfaitement soudé. Rencontrés au hasard dans un cyber-café, leur coup de foudre fut immédiat. Rebecca, lycéenne, vit encore chez sa mère. Vincent, lui, se débrouille avec une petite caravane. Jusqu'à ce que cette dernière découvre la réelle profession de Vincent, lui qui se prostitue pour s'en sortir. Il faut dire que le jeune homme est plutôt beau garçon, comme s'attarde à nous le montrer Frederic Mermoud en filmant Cyril Descours sous toutes les coutures. Trop amoureuse pour le laisser continuer dans sa lancée, Rebecca lui propose alors de l'accompagner dans cette aventure, découvrant l'univers sordide où le sexe se fait monnaie d'échange. Filmant les corps avec envie, le cinéaste oppose alors l'amour - et les scènes d'amours - des deux adolescents à celles assez glauques au contact de quelques clients impatients. Annonçant la dérive future de cette opération trop bien menée.

2-copie-6.jpg
Et puis, de l'autre, il y a Hervé et Karine, deux commissaires en pleine fleur de l'âge, tous deux célibataires endurcis. Elle flirte sur internet à la recherche - infantile - du prince charmant, lui comble sa vie terne comme il peut. Jusqu'à ce que cette enquête vienne les confronter à leur propre réalité, eux qui ne vivront sans doute plus ce que ces deux adolescents vivaient. Complètement obsédé par cette intrigue, Hervé en viendra à ressasser le passé, se rappelant ses amourettes du lycée et les grandes histoires qui a laissé passé, tandis que Karine, elle, prendra peu à peu conscience de son âge et de ce que cela représente quant à son désir de maternité. Là est la grande qualité de ce long métrage, Frederic Mermoud opposant sans cesse - par un montage alterné - l'histoire lumineuse vouée à l'échec de Vincent et Rebecca - par un travail sur la lumière - à celle grisâtre de Karine et Hervé, proposant une vision assez désenchanté de la vie. Donnant une atmosphère plutôt dépressive à ce polar sobre et captivant, reposant sur la qualité d'interprétation de son quatuor de choc. Gilbert Melki, troublant et troublé - incroyable scène du gigolo - et Emmanuelle Devos, Nina Meurisse et Cyril Descours, deux jeunes acteurs français sur lesquels il faudra compter. Révélation, Frederic Mermoud l'est aussi, Complices se révélant une oeuvre particulièrement envoûtante et prenante pour un polar à l'intrigue, certes, un peu légère mais au résultat non moins convaincant. A suivre.

etoile1.jpgetoile1.jpgetoile1.jpgetoile4.jpgetoile2.jpg


1. Emmanuelle Devos: Plus tard tu comprendras / Les Beaux gosses / Les Herbes folles / A l'origine


Crédit photo: Pyramide distribution

Publié dans En salles

Commenter cet article