Dog Pound / Kim Chapiron

Publié le par Limess

1-copie-55.jpg

 

Sortie: 23 juin 2010

> L'histoire: Davis, Angel et Butch, trois adolescents, se retrouvent enfermés dans un prison pour délinquants juvéniles suite à des petits et grands délits. Arrivés au centre de détention, ils devront choisir leur camp: victime ou bourreau.

Créateur du collectif Koutrajmé et réalisateur du moyennement convaincant Sheitan - souvenez-vous, Vincent Cassel en tortionnaire hystérique -, Kim Chapiron, 29 ans et des brouettes, revient sur le devant de scène avec Dog Pound, chronique ultra réaliste et scotchante sur le milieu carcéral adolescent américain. Ayant passé plusieurs mois en son sein, étudiant avec assiduité le fonctionnement des prisons pour mineurs, le cinéaste dépeint l'insertion violente de trois adolescents, coincés pour des motifs divers et variés. Du trafic de drogue au vol ou à la violence faite sur un agent fédéral. De la privation de biens personnels à la découverte de la vie commune, chacun tente de gérer sa nouvelle vie comme il le peut, jonglant entre nouvelles règles et nouveaux camarades. Ici, tout est question de hiérarchie, chaque pensionnaire pouvant monter ou descendre en grade. Bénéficiant alors plus ou moins de nouvelles responsabilités. Mais David, Angel et Butch, au niveau zéro, découvriront bientôt l'injustice qui y règne, les petites frappes étant souvent les mieux vus des gardiens.

1-copie-56.jpg

Alternant constamment entre drame et "comédie", Kim Chapiron nous plonge ainsi dans un univers particulièrement austère et oppressant où rien n'est définit à l'avance. Chaque moment de pause au sein du récit - on rigole ensemble à l'arrière de la buanderie ou en faisant des travaux ménagers - laissant craindre le pire à venir. La menace est y constante et pesante, faisant de Dog Pound un film d'autant plus accrocheur. Car ces jeunes là ne sont encore que des adolescents, bien incapables de prendre des décisions consciemment, allant parfois au bout de leur folie quitte à y laisser leur peau. C'est le cas de Butch -extraordinaire Adam Butcher -, brute au grand coeur ne sachant pas freiner ses coups de sang, ne jurant que par le "oeil pour oeil, dent pour dent". Cruel et radical, Dog Pound ne laisse dans tous les cas personne indemne, personnages comme spectateurs, telle une bonne gifle aussi brutale qu'inattendue. Glaçant.

etoile1.jpgetoile1.jpgetoile1.jpgetoile1.jpgetoile2.jpg


Crédit photo: Mars Distribution

Publié dans En salles

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Mr Jack 03/07/2010 09:41


Ce film n'est pas une simple gifle... c'est un uppercut lancé tout droit sur nous !
Etouffant par moments, il déstabilise, met mal à l'aise le spectateur. Mais cette violence tant montrée (l'interdit au moins de 12 ans est limite je trouve) a un prix : la justice. Ce n'est pas
parce que les "privilégiés" écrasent les "petits" que l'on doit se laisser faire !
Et c'est là où le film devient cathartique.
Ce film tire indubitablement sa force de son atmosphère glaciale, de son réalisme mais aussi et surtout de ses moments plus "détente" où l'on rit/sourit.

(*J'y réfléchis un peu plus et j'écris une bafouille à son sujet)