Extérieur Nuit / 20 janvier 2010

Publié le par Limess


Les affaires reprennent et les bons films sont de retour en masse... Cette semaine dans Extérieur Nuit, chacun a visiblement trouvé son bonheur. Totale bonne humeur dans les studios de Radio Campus Paris, (93.9 FM), où les critiques pointues se mêlaient aux blagues vaseuses. Un vrai bonheur. En présence de L.Rob et moi-même (Jonathan va bien, rassurez-vous), la dix-huitième émission de la saison, fort savoureuse, est disponible ici. J'en profite pour remercier Rob pour l'écriture de ces résumés chaque semaine !

Au programme:

* Ça commence par une chronique de François sur le biopic, le vrai, le faux, la façon de le réussir et de le planter.
* Et ça enchaîne tout naturellement avec Melissa, qui tente de défendre Gainsbourg (vie héroïque), le conte biographique de Joann Sfar, face à Yann et Vincent.
* Thomas, François et Yann sont restés bouche bée devant le dernier film des frères Coen, A serious man, loin d'être aussi mineur qu'annoncé.
Le livre d'Eli, c'est l'histoire d'Eli, qui transporte un livre. Et c'est aussi un film qui partage, Perrine et Vincent étant moins durs que Yann avec le film des frères Hughes.
Où sont passés les Morgan ? On s'en fout, répondent Lucile et Perrine, assez agacées par le nouveau Mark Lawrence.
* Pour Lucile, Ben et Melissa, la projection d'Ivul fut certes un peu particulière, mais le film est médiocre quoi qu'il en soit.
* Thomas et Yann mettent une pièce sur Frédéric Mermoud, réalisateur du prometteur Complices.
* Ben se fend d'une chronique dont il a le secret sur le thème du visible et de l'invisible, chez Kiarostami notamment.
* Il enchaîne sur une critique de Shirin, le dernier film-concept du réalisateur iranien.
* Ils ont vu City island de Raymond de Felitta : Perrine a bien aimé, Thomas a aimé, Melissa a adoré.
* La comédie Les barons n'a pas vraiment fait rire Suzanne, mais Vincent est plus indulgent, et en a notamment retenu deux bonnes vannes qui devraient faire date.

Présentée par Xavier, l'émission est disponible 
ici.

Commenter cet article