In the Air / Up in the Air / Jason Reitman

Publié le par Limess

1-copie-2.jpg


Sortie: 27 janvier 2010

> L'histoire: Ryan Bingham (George Clooney) est un spécialiste du licenciement. Son boulot ? Passer de villes en villes, à la rencontre de petites et moyennes entreprises touchées par la crise. Un emploi idéal pour ce collectionneur compulsif de miles aériens, passant de chambres d'hôtels en voitures de location, transportant toujours avec lui sa petite valise, objet unique regroupant tout ce qui lui appartient. Solitaire invétéré, celui-ci tombera bientôt nez à nez avec deux femmes bien différentes, Alex (Vera Farmiga), son alter ego féminin et Natalie (Anna Kendrick), jeune arriviste prête à tout pour bouleverser son petite existence parfaitement rodée...

Dans Thank you for smoking, Jason Reitman, nouvelle coqueluche du tout Hollywood après son triomphe avec Juno, mettait déjà en scène un Aaron Eckart ultra sympathique, au job pourtant plus qu'antiphatique. Il était le lobbyiste renommé d'une grande entreprise de tabac, passant de plateaux télés en petites écoles afin de promouvoir son produit cher et tendre. Dans In the Air, George Clooney, lui, est ce que l'on pourrait appeler un spécialiste du licenciement. Traversant les États-Unis de long en large afin de faire le sale boulot des entreprises frappées par la crise. Lui qui affectionne tout particulièrement cette situation, ces nombreux voyages l'ayant contraint à adopter un mode de vie tout à fait original. Digne d'un célibataire endurci. Cumule de points miles, changement constant de chambre d'hôtel, location de voiture à la carte, sa vie est parfaitement organisée, tous ses effets personnels tenant dans une et une seule petite valise. Jusqu'à ce que son entreprise soit elle-même "touchée" par la crise, décidant alors de prendre des décisions draconiennes. Finis les voyages tout frais payés, place aux licenciements informatiques. Refusant catégoriquement ce changement brutal, celui-ci emmènera alors avec lui la jeune Natalie, belle arriviste à l'origine de ce changement... Construit exactement sur le même schéma que Thank you for smoking, Jason Reitman livre avec In the Air un troisième film plutôt déstabilisant. Profitant du capital sympathie énorme dont jouit son personnage et son acteur principal afin de dérouler une morale des plus avilissantes. Prenant brusquement de haut cet anti héros marginal. En s'entichant de Natalie - Anna Kendrick, calquant à quelques nuances près son personnage de la saga Twilight -, Ryan verra subitement son mode de vie être complètement remis en question par la demoiselle, puis par ses collègues / sa famille / ses voisins, ne le comprenant absolument pas. Pensant que préférer son job à sa famille soit la marque d'un profond désordre mental.

2-copie-4.jpg
Car In the Air, sous-couvert par la réputation de Jason Reitman, d'une auto-proclamation de "petite comédie indépendante" alors qu'il est produit par un grand studio hollywoodien, et d'un aspect feel good movie assez exaltant, trouble pourtant de part sa morale des plus conservatrices. Clamant haut et fort "La famille avant tout". Là repose la principale contradiction de ce film, comédie dramatique à l'humour noir salvateur, parfaitement adaptée au public américain au point de paraître profondément désuète passée la frontière. Reproduisant le même échec de Thank you for smoking. Ainsi, dans celui-ci, on y découvrait un Aaron Eckart luttant sang et eau contre la mise en place de bannières préventives sur les paquets de cigarettes. Mesure qui, à la sortie du film sur le territoire français, était déjà complètement rentrée dans les moeurs européens. Dans In the Air, Jason Reitman réitère, livrant une oeuvre quasi exclusivement destinée à une population américaine frappée de plein fouet par la crise économique. En suivant le personnage de Ryan, le cinéaste donne ainsi la part belle aux "invisibles de la nation", en proposant à des personnes réelles de raconter face caméra leur propre expérience personnelle face au licenciement. D'où le côté très conservateur de l'oeuvre, se voulant comme une sorte de remontant pour le peuple américain. Insistant bien sur le fait que le boulot ne fait pas tout tant qu'il y a la famille. D'où aussi, le profond malaise qui se dégage alors de ce personnage principal, lui qui "profite" des avantages donnés par ces multiples renvois à travers le pays... A ce titre, In the Air est ce que l'on pourrait appeler un film "entre deux chaises", Jason Reitman n'arrivant pas à choisir entre son Ryan et sa fable moralisatrice. Le prenant dès lors de haut après l'avoir pourtant mis sur un pied d'estale. Complètement contradictoire, In the Air est ainsi une oeuvre plutôt bancale, voir loupée, elle qui jouissait pourtant d'une belle qualité d'écriture et d'un acteur des plus charismatiques. Jason Reitman, réalisateur réac ? De quoi presque remettre en question l'intrigue même de Juno - que j'aime énormément - et sa position autour de l'avortement.

etoile1.jpgetoile1.jpgetoile2.jpgetoile2.jpgetoile2.jpg


1. Jason Reitman: Juno
2. Anna Kendrick: Twilight - Chapitre 1: fascination / Twilight - Chapitre 2: tentation
3. Jason Bateman: Juno
4. Melanie Lynskey: The informant ! / Away we go
5. Zach Galifianakis: Very Bad Trip / Gigantic
5. J.K. Simmons: Juno / I love you, man / Jennifer's body

> Golden Globes 2010: Meilleur scénario / Nominations meilleur film dramatique, meilleur acteur dans un drame, meilleur réalisateur, meilleur second rôle féminin, meilleur second rôle féminin


Crédit photo: Paramount Pictures France

Publié dans En salles

Commenter cet article

ptiterigolotte 06/02/2010 10:48


Film qui laisse un goût un peu amer dans la bouche mais qui fait passer par pleins d'émotions pures, aériennes... la crise toujours la crise, c'est pas drôle mais comme dirait notre Cary Grant :
c'est le boulot.


Ann 02/02/2010 19:31


Oui moi aussi le film m'a paru tellement moralisateur et surtout réac (familialiste etc.) que je me suis demandée, pour Juno... Que pourtant j'ai toujours défendu contre les attaques du genre
"c'est anti-avortement". Je ne sais plus que penser!


Platinoch 02/02/2010 13:08


Pour le coup je ne suis pas d'acc du tout avec toi. A l'inverse de toi, j'avais été profondément choqué par le traitement ultra conservateur et réactionnaire de "Juno", complètement pro-life.
Autant "In the air" ne m'a pas semblé franchement moraliste ni conservateur. Bien sûr il y a le couplet sur la famille. Mais le personnage de Clooney finit tout de même tout seul et n'évolue pas
énormément, restant tout de même assez cynique. Pour ma part, j'ai pris le film comme une chronique sombre et désenchantée de notre époque. Ou le matérialisme et l'appât du gain prennent le pas sur
tout le reste. Et dont il ne ressort que solitude. Pour moi c'est un bon film.