Infectés / Carriers / Alex et David Pastor

Publié le par Limess

infectés 

 

Sortie: 26 mai 2010 / En dvd, le 05 octobre 2010

> L'histoire: Alors qu'une virus a disséminé la population, quatre jeunes tentent de rejoindre l'océan. Convaincus qu'ils trouveront sur une plage de surfeur, isolée du reste du monde, le refuge idéal pour échapper à la pandémie.

Le cinéma n'aura pas attendu le chaos - et le fiasco qui en découla - créé par la grippe A - H1N1 pour s'emparer d'une de nos peurs contemporaines les plus viscérales: la transmission à l'échelle mondiale d'un virus, par une ouverture des frontières toujours plus croissante. Perpétuant la grande tradition d'un film de genre comme radiographie d'une époque, sondant les peurs les plus souterraines. Pourtant, dire cela serait presque aller à l'encontre d'Infectés, premier film des frères Pastor, tant celui-ci fait dans l'anti-démonstration. A l'image du récent Zombieland, il n'est pas question ici de savoir comment le virus va peu à peu se propager mais plutôt ce qui se passe après, une fois le carnage passé. Que reste t-il après l'attaque ? Profitant d'un micro budget, les deux réalisateurs installent ainsi, dès les premières minutes de l'oeuvre, un univers apocalyptique fondé sur du vide. Pas de voitures renversées, de cadavres à terre, de flaques de sang, juste un espace vierge, des kilomètres à la ronde. Epousant la forme d'un road movie pour mieux le transcender, comme si celui-ci avait lui-même muté au contact du virus. Une voiture, quatre personnages, quelques rencontres disséminées et l'impression toute simple d'un huit clos à ciel ouvert, dans une Amérique au soleil pesant. Refusant de jouer de ficelles scénaristiques faciles en ancrant leur récit presque uniquement de jour, donnant à la manière du final de All The Boys Love Mandy Lane l'idée d'une "sécurité" bouleversée. Livrant un film d'une beauté formelle surprenante, s'amusant du contraste entre récit sombre et photographie solaire. Le résultat est détonnant, Infectés se révélant une oeuvre étonnamment à part, loin de ce que pouvait laisser espérer son pitch, sa bande annonce ou son affiche.

infectt

En reposant presque uniquement sur une galerie de personnages extrêmement réduite - à part six protagonistes clairement définis, la plupart des "intervenants" restent dans l'anonymat, souvent cachés par une combinaison -, le film favorise alors plus l'émotion que la peur primaire. Jouant sur ce qui, à l'échelle humaine, nous tient sans doute le plus à coeur, à savoir la famille, qu'elle soit de sang ou de substitution. Construit autour de la figure de deux frères, les frères Pastor interroge alors sur nos propres limites. Que serions-nous prêts à faire pour sauver notre peau ? Jusqu'où serions-nous prêts à aller ? Et d'insérer dès lors une tension omniprésente, presque palpable, le danger ne résidant pas dans le virus en lui-même mais dans ses porteurs. Eau de javel, masques, gants, tous les moyens sont bons pour survivre, faut-il encore savoir qui est contaminé et qui ne l'est pas. Le film se révélant tour à tour bouleversant et cruel, renvoyant ironiquement à ces petits sourires enfantins, dessinés sur les masques de chacun d'entre eux. Et comment rester insensible à la détresse de ce père, brillamment interprété par Christopher Meloni - New York - Unité Spéciale -, chantant à sa petite fille infectée The Itsy Bitsy Spider tandis que l'action à l'arrière plan nous laisse un étrange goût amer, quasi insupportable. A ce titre, Infectés fait office de véritable révélation, comme l'une des plus belles propositions de cinéma de genre de ces derniers mois. Ou comment un manque criant de moyens permet une créativité sans faille, les frères Pastor livrant un film particulièrement émouvant, même lors de dernières bobines un peu plus démonstratives. Une réussite.

etoile1.jpgetoile1.jpgetoile1.jpgetoile1.jpgetoile2.jpg

Bonus:

Rien à déclarer côté bonus, le dvd ne proposant qu'une série de bandes annonces, du film en lui-même à celle de The Informers, adaptation du brillant recueil de nouvelles de Breat Easton Ellis, Zombies, sorti direct en dvd dans notre contrée.


Dvd reçu dans le cadre de Dvdtrafic par le biais du site www.cinetrafic.fr. Infectés, de Alex et David Pastor. Distributeur Metropolitan FilmExport. Disponible depuis le 05 octobre 2010. Plus d'épidémies au cinéma ici.

Publié dans DVD

Commenter cet article