J'ai toujours rêvé d'être un gangster / Samuel Benchetrit

Publié le par Limess

3-copie-18.jpg


Sortie: 26 mars 2008

> L'histoire: Celle d'un braqueur sans arme (Edouard Baer) dont la victime est elle-même une braqueuse (Anna Mouglalis), armée. Deux kidnappeurs amateurs qui enlèvent une adolescente suicidaire. Deux chanteurs qui parlent d'un tube volé. Cinq septuagénaires qui se retrouvent pour un dernier coup...

"Enfin !". Depuis janvier 2008, le cinéma français semblait peiner à se réinventer. Dans le carton des productions: des comédies populaires, des comédies sentimentales sur la trentaine, des polars made in prime time de télévision. C'était sans compter sur Samuel Benchetrit et son oeuvre totalement atypique J'ai toujours rêvé d'être un gangster.
Dans la pure tradition du film à sketches, le réalisateur construit son oeuvre autour de quatre intrigues, celles de loosers tous reliés par un lieu: la cafétéria du coin. Ce film, c'est l'occasion pour Benchetrit de se frotter à tous les genres: le muet, le roman photo, le film de gangster, le comique de situation - multitude de gags plus ou moins faciles -... dans un pur élan d'hommage au cinéma d'antan.

 

4-copie-7.jpg
Sur un ton décalé, les parties aux noms farfelus (« Drew Barrymore ressemble à un hamburger ») s'enchaînent à un rythme soutenu et se révèlent toutes plus inventives les unes que les autres. Entre le braqueur looser et les tontons flingueurs à la retraite, notre coeur penche pour le kidnapping attachant d'une jeune ado suicidaire. Seul le duo Bashung/Arno déçoit, comme en décalage avec l'ensemble. J'ai toujours rêvé d'être un gangster est un de ses films à part, bourré de culot et d'inventivité. Samuel Benchetrit y brille par son imagination et son choix d'acteurs. Entre Edouard Baer, Anna Mouglalis, Bouli Lanners ou Jean Rocherford, J'ai toujours rêvé d'être un gangster semble même à l'image de son casting, barré et éclectique. Un casting à la hauteur d'un film à la fois touchant et vraiment drôle, le tout teinté d'une pointe de nostalgie. Et pour cela, on dit "Chapeau l'artiste !".

etoile1.jpgetoile1.jpgetoile1.jpgetoile4.jpgetoile2.jpg


> Festival du film de Sundance: prix du scénario

Crédit photo: Mars Distribution

Publié dans En salles

Commenter cet article