L'Heure du crime / La Doppia Ora / Giuseppe Capotondi

Publié le par Limess

2-copie-54.jpg

 

Sortie: 04 août 2010

> L'histoire: Femme de ménage dans un hôtel, Sonia (Ksenia Rappoport) rencontre, lors d'un speed dating, Guido (Filippo Timi), ancien policier. Mais alors qu'ils apprennent tout juste à se connaître et à s'apprivoiser, le drame viendra bientôt les rattraper...

Spoilers. Premier long métrage de Guiseppe Capotondi, L'Heure du crime démarrerait presque comme une banale histoire d'amour. A une séance de speed dating, Sonia (Ksenia Rappoport, meilleure actrice lors du festival de Venise 2009), femme de ménage, rencontre Guido (Filippo Timi, vu dans Vincere), ancien policier. L'échange est bref, les regards insistants, l'attraction immédiate. Mais difficile de se dire concrètement les choses quant on est deux écorchés de la vie, Sonia souffrant visiblement de problèmes affectifs, Guido ayant récemment perdu sa femme. Suivant de manière assez contemplative la naissance d'un amour, Guiseppe Capotondi adopte une posture quasi naturaliste. Filmant les deux amants au plus près, marchant dans une forêt automnale. Jusqu'à ce que les deux se retrouvent malencontreusement au coeur d'un cambriolage et que Guido se fasse assassiner. La rupture est radicale, le choc assez brutal, le cinéaste passant irrévocablement de la romance au polar. Essayant de retrouver une certaine normalité quotidienne, Sonia tente alors difficilement de se remettre d'un tel éclat de violence. Elle qui sera bientôt hantée par la figure de Guido, transformant là encore le polar en oeuvre lynchienne. Pourtant, quelque chose semble clocher dans cet univers de carton pâte. Les artifices semblant trop gros, les ficelles trop voyantes. A se demander si tout cela ne serait pas un rêve ? Non, il n'oserait pas nous refaire encore le coup ! Et pourtant, bam... Après presque la moitié du film, revirement de situation, ce n'est pas Guido qui fut touché par la balle mais Sonia, elle qui était depuis tout ce temps plongée dans le coma. Retour à la réalité. Reprise du récit comme si de rien n'était... ou presque. Soit une flopée de pirouettes scénaristiques qui, si elles ont indubitablement de quoi fonctionner, finit ici doucement par lasser. Guiseppe Capotondi se perdant dans les méandres d'un scénario qui, à vouloir faire compliqué, s'avère au final extrêmement factice...

3-copie-27.jpg

Pourtant, que de bonnes idées dans cette Heure du crime, le réalisateur construisant en permanence son film sur la figure du double. A commencer par les horaires doubles (23:23, 14:14...), rythmant l'oeuvre tout du long. C'est d'abord des personnages extrêmement ambigus. Guido, homme attachant, cachant au fond de lui une face violente de sa personnalité à laquelle Filippo Timi, son charme et ses yeux globuleux apportent une certaine profondeur. Sonia, de l'autre, femme à priori de confiance mais dont on viendra bientôt à douter de l'innocence quant à la gestion du cambriolage. Et puis, il y a cette fameuse opposition entre rêve et réalité, fonctionnant sur la concordance de certaines figures. Du prêtre au policier, du soupçon envers Sonia à une photo prise à Bueno Aires. Sans être désagréable, L'Heure du crime distille ainsi un drôle de sentiment. Difficile de ne pas être touché par le couple central malgré un manque flagrant d'émotions. Par les thèmes qu'il aborde malgré un scénario extrêmement alambiqué. Et si Giuseppe Capotondi avait ainsi de quoi séduire, il semble au contraire s'être tiré une balle dans le pied, loupant de peu son premier essai derrière la caméra. Ecrasé sous le poids de références cinématographiques, d'Alfred Hitchock (Vertigo) à Brian de Palma (Blow out). Dommage.

etoile1.jpgetoile1.jpgetoile2.jpgetoile2.jpgetoile2.jpg


Crédit photo: Bellissima films

Publié dans En salles

Commenter cet article

stimerex original 12/09/2010 17:34


ok, the poster is really great, thanks a lot!