L'imaginarium du docteur Parnassus / The Imaginarium of Doctor Parnassus / Terry Gilliam

Publié le par Limess




(Ecrit au moment du festival de Cannes)

Sortie: 11 novembre 2009

> L'histoire: Avec sa troupe de théâtre ambulant, " l'Imaginarium ", le Docteur Parnassus offre au public l'opportunité unique d'entrer dans leur univers d'imaginations et de merveilles en passant à travers un miroir magique. Mais le Dr Parnassus cache un terrible secret. Mille ans plus tôt, ne résistant pas à son penchant pour le jeu, il parie avec le diable, Mr Nick, et gagne l'immortalité. Plus tard, rencontrant enfin l'amour, le Docteur Parnassus traite de nouveau avec le diable et échange son immortalité contre la jeunesse. A une condition : le jour où sa fille aura seize ans, elle deviendra la propriété de Mr Nick. Maintenant, il est l'heure de payer le prix... Pour sauver sa fille, il se lance dans une course contre le temps, entraînant avec lui une ribambelle de personnages extraordinaires, avec la ferme intention de réparer ses erreurs du passé une bonne fois pour toutes...

Que d'émotions de découvrir sur la Croisette cet Imaginarium du Docteur Parnassus, présenté hors compétition, soit le dernier film maudit de ce réalisateur fou que peut être Terry Gilliam. Le dernier rôle, aussi, d'Heath Ledger, décédé il y a déjà plus d'un an, en plein milieu du tournage. Comme toujours chez Terry Gilliam, L'Imaginarium du Docteur Parnassus impose immédiatement un univers singulier et onirique, mêlant des saltimbanques moyenâgeux à un Londres contemporain. Comme son synopsis le laissait présager, Gilliam nous livre un beau film, une sorte d'appel aux rêves et un cri d'amour au cinéma. Seul art capable de mettre en images les histoires les plus folles, de faire revivre un acteur disparu ou de donner quatre visages différents à un même personnage. Rebondissant sur la perte de son acteur principal, Terry Gilliam donne ainsi un autre visage à son héros dès que celui-ci traverse le miroir magique, prenant dès lors les traits de Johnny Depp, Jude Law ou de Colin Farrel. Tous trois venus dire un dernier au revoir à leur confrère, le film étant introduit comme une oeuvre de la part "des amis d'Heath Ledger".


Il est d'ailleurs impossible de prendre le film pour lui-même. Car, même si celui-ci souffre de multiples défauts et d'un côté totalement cheap dans les effets spéciaux, il est surtout un très émouvant hommage à cet acteur. Dans sa première apparition, on l'aperçoit ainsi pendu, mort sous un pont, jusqu'à ce que la troupe du docteur Parnassus le découvre et le ramène à la vie. L'image est forte et profondément poignante, comme une mise en abyme de ce qui se passe alors à l'écran. Par la suite, une référence explicite à James Dean et à ces acteurs partis trop jeunes sera faite, élevant encore un peu plus le mythe Heath Ledger. Il est d'ailleurs à l'écran admirable, nous donnant une occasion supplémentaire de le regretter. Ainsi, L'imaginarium du docteur Parnassus est un film très bancal mais qui, rattrapé par la réalité du tournage et de ce qu'il représente, apparaît à nos yeux comme une oeuvre particulièrement sensible et émouvante, donnant l'occasion à Heath Ledger de faire un dernier tour de piste. Passant le relais, aussi, aux futures valeurs de demain, d'Andrew Garfield à la belle Lily Cole. Et si les fans sortiront rapidement leurs mouchoirs, les autres resteront peut être circonspects devant cette oeuvre étrange, pas totalement réussie, ni foncièrement aboutie.





1. Johnny Depp: Sweeney Todd / Public Enemies
2. Jude Law: Le limier
3. Andrew Garfield: Boy A

> Festival international de Cannes 2009: Hors compétition

Crédit photo: Metropolitan FilmExport

Publié dans Festivals

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Rom_J 12/11/2009 11:41


Ta critique met des mots sur ce que je ressentais depuis hier sans réussir à l'exprimer : c'est vrai que c'est parfois cheap, qu'il y a quelques longueurs et beaucoup de défauts, mais même sans
être fan de Ledger on s'émeut de sa présence dans ce film tout autant que de l'univers magique de Gilliam. Résultat, sans être un excellent film, Parnassus est poignant.


brou 31/05/2009 18:30

A noter que tous les "hommages" à Ledger (genre la scène sur James Dean etc.) étaient déjà présents dans le scénar de départ, n'ont pas été rajoutés suite à la mort de Ledger (d'ailleurs, Gilliam a dit que les acteurs avaient du mal à prononcer certaines répliques qui résonaient un peu ).trop avec la mort de l'acteur=

Ashtray-girl 25/05/2009 17:00

Je ne sais pas encore si j'irais le voir... J'ignore si j'arriverais à le regarder dans de bonnes conditions. Un film a titre posthume, c'est toujours délicat, à mon sens... Je me tâte.