La Dame de trèfle / Jerôme Bonnell

Publié le par Limess

1-copie-37.jpg


Sortie: 13 janvier 2010

> L'histoire: Dans un petit village de campagne, Aurélien (Malik Zidi) et sa soeur Argine (Florence Loiret Caille), orphelins et vivant sous le même toit depuis des années, mènent leur train-train quotidien à un rythme bien organisé. Petit boulot le jour, soirées alcoolisées la nuit au bar pour l'une, écoulement de métal volé pour l'autre. Jusqu'à ce que ce dernier commette accidentellement l'irréparable...

Quatrième film du scénariste et réalisateur Jerôme Bonnell, découvert à travers sa chronique familiale Le Chignon d'Olga ou avec son film choral J'attends quelqu'un, La Dame de trèfle marque un nouveau pas dans la jeune carrière de ce cinéaste, lui qui s'essait pour la première fois au genre ultra codifié qu'est le polar. Plaçant son intrigue dans un petit village de campagne, le long d'une départementale désertique. En s'appuyant sur un noyau minime de personnages, Jerôme Bonnell construit d'abord son intrigue sur la relation singulière entre Aurélien et Argine, un frère et une soeur que les aléas du destin n'ont pas cessé de rapprocher, partageant un amour sans pareil où les frontières entre filiation et inceste ne sont que plus fines. Deux âmes en peine se portant tant bien que mal l'un l'autre, aussi bien financièrement qu'émotionnellement. Car tandis qu'Aurélien organise ses journées autour de son boulot de fleuriste et ses soirées où il tente d'écouler son stock de métaux volés, Argine, glandeuse professionnelle, apprend elle l'anglais sans grande chance d'avenir avant de finir sa soirée au bar du coin, là où elle est considérée comme la princesse des lieux. Draguant comme à l'accoutumée les habitués. Permettant, aussi, à Jerôme Bonnell de se jouer des codes du polar, en réutilisant à merveille cette figure symbolique qu'est le bar. Pourtant, dans La Dame de trèfle, nullement question d'enquête policière ou de petit gangster du dimanche, le cinéaste s'attachant à la trajectoire malheureuse d'Aurélien, harcelé par un collègue - Jean-Pierre Darroussin - qu'il tuera bientôt malencontreusement. En en venant aux mains. Mort de peur à l'idée de se faire choper, vivant dès lors dans la culpabilité, le film prend alors des allures de drame psychologique, suivant toujours au plus près Aurélien et sa tentative hasardeuse de reprendre une vie des plus normales, avec la plus grande discrétion possible...

2-copie-38.jpg
Car la force de La Dame de trèfle, c'est l'intelligence avec laquelle le cinéaste évite de tomber dans le thriller pur en privilégiant la création d'une ambiance singulière, venant rompre une quotidienneté parfaitement rodée. Ce petit village devenant alors le lieu idéal où y dissimuler la moindre preuve, Jerôme Bonnell s'appliquant en permanence à filmer le vide de cette campagne, des grands champs déserts à cette route linéaire... Créant de temps à autre de petites montées de suspense lorsqu'arrive le moindre soupçon. Très attaché à la peinture de la relation entre Aurélien et Argine, le cinéaste gonfle son film d'une série d'émotions contenues, portées par la prestation de deux acteurs d'exceptions. Malik Zidi et Florence Loiret Caille. Tous deux formidables quant il s'agit d'interpréter la fin d'une innocence perdue, comme le passage à l'âge adulte de deux adulescents que la vie n'aura pas toujours gâté. Alors, quand arrive la fin du film et cette poussée dramatique, on ne peut que regretter que Jerôme Bonnell ne laisse pas plus aux spectateurs l'opportunité de se raconter leur propre histoire, accablant son récit d'un résumé pré-générique quant à savoir ce qu'il arrivera à ces deux personnages. Un petit détail qui n'enlève néanmoins rien au charme de cette Dame de trèfle, polar minimaliste sombre et captivant, porté par deux acteurs au diapason.

etoile1.jpgetoile1.jpgetoile1.jpgetoile2.jpgetoile2.jpg


1. Jean-Pierre Darroussin: L'Armée du crime
2. Marc Barbé: Qu'un seul tienne et les autres suivront / Gamines


Crédit photo: Le Pacte

Publié dans En salles

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Phil Siné 17/01/2010 21:50


chouette ça a l'air bien... en plus j'adore malik zidi !