Les vies privées de Pippa Lee / The Private Lives of Pippa Lee / Rebecca Miller

Publié le par Limess




COUP DE COEUR

Sortie: 11 novembre 2009

> L'histoire: Pippa Lee s'est construite une vie confortable dans une atmosphère feutrée. Elle est dévouée à son mari plus âgé, ainsi qu'à ses enfants déjà adultes. Mais à l'approche de la cinquantaine, cette sérénité en apparence parfaite s'effrite. Pippa a connu une enfance tumultueuse et délurée où se sont mêlés sexe, drogue et rock'n'roll. Désormais, elle doit donc trouver un équilibre entre sa jeunesse troublée et "la femme " trop rangée " qu'elle est devenue. Sa rencontre avec un mystérieux jeune homme va lui permet de trouver un nouveau sens à sa vie...

De l'écriture à la réalisation, il n'y a qu'un pas pour Rebecca Miller, fille et femme de, découverte avec son troisième long métrage, The Ballad of Jack and Rose. Les vies privées de Pippa Lee est ainsi une extension cinématographique de son propre livre, un moyen de continuer l'aventure avec cette héroïne si singulière. Pippa Lee, c'est un peu une desperate housewife comme on en connaît tant dans le paysage hollywoodien, organisant ses journées autour de son mari retraité et la préparation, en toutes occasions, de son fameux gigot d'agneau. En somme, rien de bien palpitant. Jusqu'à ce qu'une crise de somnambulisme et un paquet de cigarettes la sortent de cette torpeur dans laquelle elle était plongée. Car, qu'on se le dise, Pippa Lee était loin d'être destinée à une vie bien rangée, elle qui vécue cent vies avant d'atteindre la majorité. La force du film de Rebecca Miller tient ainsi de cette contradiction, elle qui façonne un personnage type et plutôt insignifiant avant de fissurer peu à peu cette image trop parfaite. Comme un petit vernis bien trop propre qu'il suffirait de gratter. Mère névrosée, dépendante aux cachets en tout genre, séance de photos érotiques et amants d'un soir, Pippa Lee avait tout de l'adolescente borderline, prête à vivre dans l'insouciance et l'imprudence la plus totale. Loin de cette banlieue américaine où elle vieillit doucement.


Forte d'un sujet aussi passionnant que dense, Rebecca Miller fait preuve d'une ingéniosité sans faille quant il s'agit de sa mise en scène. Mêlant présent et passé dans un même plan. Ainsi, ce gâteau que Pippa amènera sur la table de sa famille arrivera en fait sur celle de son enfance, déclenchant dès lors la mise en image de ses souvenirs. Passant d'un univers aseptisé à un chaos organisé. Finement écrit, Les vies privées de Pippa Lee est aussi un formidable film d'acteurs, bénéficiant d'un casting plutôt chic (Julianne Moore, Winona Ryder ou Blake Lively, la Serena de Gossip Girl) et d'une direction de comédiens implacable. Car la l'affranchissement progressif de cette femme passe avant tout par l'hallucinante performance de Robin Wright Penn, dont l'on redécouvrirait presque le talent. Elle qui semble, au départ, évoluer dans une bulle hermétique avant d'illuminer progressivement l'écran, accompagnant la renaissance de ce personnage particulièrement attachant. Et il faut la voir, entrer comme une ado de quinze ans par la fenêtre de Keanu Reeves, se faufiler discrètement dans son lit dans l'espoir de ne pas être repérer par les parents. La scène est à l'image du long métrage, touchante et drôle, sensible et pleine de vie. Un beau film sur la libération - féminine - qui donnera peut être des idées à certaines, tant son sujet est universel.

Également publiée sur Ecran Large.




1. Alan Arkin: Sunshine Cleaning
2. Zoe Kazan: Les noces rebelles

> Festival du film américain de Deauville 2009: avant-première

Crédit photo: Bac Films

Publié dans Festivals

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Audie 22/11/2009 01:14


Tout d'abord je vais répéter religieusement ce que dit Lorent et vous féliciter pour le blog, il est très bien fait.

Ensuite, je vais reprendre mon indépendance en bandoulière et dire que j'ai trouvé que le film souffrait de quelques longueurs, surtout quand Robin Wright se perd dans des contemplations que j'ai
trouvées agaçantes à la longue.
L'idée de Rebecca Miller est certes originale et pleine d'espoir - dans le sens où la vie ne s'arrête pas une fois que les enfants sont grands et le mari bien installé dans son fauteuil de retraité
- mais j'ai trouvé les acteurs assez irréguliers dans leurs jeux... sauf Julianne Moore qui est toujours géniale.


Ici..." surprises" petit curieux que tu es.... 13/11/2009 08:55


Super blog que je viens de découvrir...
Bon vendredi...
LOrent