Mary et Max. / Adam Elliot

Publié le par Limess




Sortie: 30 septembre 2009

> L'histoire: Sur plus de vingt ans et d'un continent à l'autre, Mary et Max raconte l'histoire d'une relation épistolaire entre deux personnes très différentes : Mary Dinkle, une fillette de 8 ans joufflue et solitaire, vivant dans la banlieue de Melbourne, en Australie, et Max Horowitz, un juif obèse de 44 ans, atteint du syndrome d'Asperger et habitant dans la jungle urbaine de New York.

Coraline, Pierre et le loup ou Le petit chat curieux, 2009 nous aura montré une fois encore que les films d'animation en 2D résistent encore et toujours à l'envahisseur que sont Pixar, ses confrères et leurs moyens financiers faramineux. Prouvant dans la majorité des cas que quantité n'est pas toujours gage de qualité. C'est le cas de Mary et Max., petite merveille en pâte à modeler et stop-motion (système d'image par image), adressé exclusivement à un public adulte. On y suit l'étrange correspondance, commencée par le plus grand des hasards, entre Mary, une australienne de huit ans, et Max, un new-yorkais d'une quarantaine d'années. Nouant une relation affective virtuelle, liée par une profonde solitude commune. Et si au fur et à mesure des années, les lettres ne se feront pas forcément plus présentes, cet échange guidera leur évolution chacun de leur côté, des mariages, décès, crises d'angoisses ou autres tentatives de suicide.


La beauté de Mary et Max. réside dans cet univers gothique et dépressif créé de toutes pièces par Adam Elliot (dont le nom apparaîtra d'ailleurs sur une des tombes du cimetière, c'est dire). Se présentant sous la forme d'une sorte d'anti-Amélie Poulain, à travers une présentation croisée de ces deux personnages, quasi uniquement par de la voix-off. Mary est une fillette complexée par sa tâche de naissance "couleur caca", vivant avec une mère alcoolique, un père taxidermiste et une poule pas très futée. Max, quant à lui, est un juif obèse, comblant sa solitude dans le chocolat et les animaux de compagnie. Soit un chat borgne et des poissons rouges peu résistants. Et le résultat est aussi surprenant que saisissant, Mary et Max. se révélant être un très joli conte gothique où à l'ambiance grise et dépressive se mêle humour et humour noir. A la poésie, l'humanité et l'émotion. Une merveille.




> Festival international du film d'animation à Annecy 2009: Le cristal du long métrage

Crédit photo: Gaumont Distribution

Publié dans En salles

Commenter cet article

Platinoch 19/11/2009 18:53


Je viens de voir l'article dans studiocinelive recommandant ton blog et cet article en particulier! Toutes mes félicitations, c'est la vraie classe!!!