Propriété interdite / Hélène Angel

Publié le par Limess

propriete-interdite.jpg

 

Sortie: 19 janvier 2011

> L'histoire: Un couple part à la campagne afin de vendre une maison de famille où le propriétaire des lieux vient juste de se suicider. Mais la première nuit, tout laisse à croire qu'ils ne sont pas seuls.

Une vieille bâtisse au fond d'un étrange chemin. Une tâche de sang sur le parquet. Un trou au plafond. Des déchets jonchant les couloirs... Pour son troisième long métrage, la réalisatrice et scénariste Hélène Angel nous embarque in media res en terrain connu. Celui du genre fantastique et sa fameuse figure de la maison abandonnée qui, comme chez Robert Wise et sa Maison du diable, semble enfouir de terribles secrets. A peine installés dans la demeure, Claire et Benoît décident d'en vider son contenu, eux qui sont venus ici pour vendre ce qui semble être une maison familiale. Un héritage ? Nul ne sait tant Hélène Angel tend à masquer, dans un premier temps, l'identité du précédent propriétaire. Jusqu'à ce qu'un homme vient à le critiquer et Claire d'avouer qu'il s'agissait de son frère Michel. Dès lors, Propriété interdite montre un talent certain dans l'art d'imposer une ambiance. Par la description de Michel, jeune perturbé ne sortant jamais sans son fusil. Par l'aspect chaotique de la maison et les bruits qui en proviennent alors que le couple tente de s'endormir. Y-aurait-il quelqu'un d'autre en la demeure ? S'appuyant sur une anti-héroïne aussi fragile que traumatisée, le film s'amuse à multiplier les pistes de lecture. Y-a-t-il vraiment une autre personne dans la maison ou est-ce Claire, boulimique, qui mange en douce dès les lumières éteintes ? Est-ce une personne vivante ou le fantôme de Michel, hantant toujours les lieux ? Dès lors, Hélène Angel réutilise les classiques du genre, jouant sur les coupures d'électricité, les coups de téléphone anonymes et une Claire au bord de la folie. Laissant des messages à son frère, culpabilisant de l'avoir laissé si longtemps tout seul. Et le film d'opérer en son milieu un revirement de situation, donnant la clé à cette énigme.

propriete1.jpg

Si Propriété interdite s'appuyait dans un premier temps sur nos peurs les plus primaires - le noir, les bruits -, Hélène Angel et ses acolytes Marie Garel-Weiss et Jean-Claude Janer y mêlent d'autres plus profondes, réalistes et actuelles. Quelles soient personnelles ou sociales. Proposant un exercice de style autour de la question de la peur de l'autre. Tel un huis clos, Propriété interdite suit ainsi la destruction d'un couple, rongé par le poids et l'écrasement de cette maison, à l'heure où Claire semble de plus en plus perdre ses moyens. Se renfermant dans un véritable autisme social tandis que la violence de sentiments exacerbés se fait elle de plus en plus sentir. Par une montée de la tension, Hélène Angel livre alors une oeuvre au bord de l'expérimentation, travaillant sur la création d'émotions diverses chez le spectateur. Le film sachant se faire à la fois brutal et hypnotique, à l'image de ce motif fait de cubes, jonchant la moquette d'une des chambres. De manière extrêmement condensée - le film dure moins d'une heure et ving minutes -, Propriété interdite nous embarque ainsi dans une aventure où, comme coincé dans un terrier - la figure du trou, au coeur de l'oeuvre -, l'homme retournerait à un état primaire, volontairement ou non, abandonnant toute forme de civilisation. Il en ressort un long métrage efficace, parfois déstabilisant, porté par l'interprétation de Valérie Bonneton, habituée jusqu'alors à d'éternels seconds rôles.

etoile1.jpgetoile1.jpgetoile1.jpgetoile2.jpgetoile2.jpg


Crédit photo: Epicentre Films

Publié dans En salles

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

cv service 28/01/2011 14:20


oh, i love cinema the way too much, but i didn't see any movies like that type


assignment writers 24/01/2011 10:50


I think that this film can be scary. I want look it.