Rendez-vous à Brick Lane / Brick Lane / Sarah Gavron

Publié le par Limess




Sortie: 12 mars 2008

> L'histoire:
Née au Bangladesh, la jeune Nazneen, promise à un homme plus âgé, a quitté sa famille et son pays pour rejoindre son futur époux à Londres. Isolée dans un pays dont elle parle à peine la langue, elle se consacre à sa famille dans la cité de Brick Lane où règnent racisme ordinaire, fondamentalisme rampant et trafics en tous genres. Petit à petit, elle découvre pourtant la solidarité et l'amitié. Tiraillée entre traditions ancestrales et espoirs insensés, Nazneen va peu à peu prendre le contrôle de sa vie, jusqu'à franchir le pire des interdits... Et comprendre que s'octroyer le droit au bonheur a un prix.

Rendez-vous à Brick Lane, c'est l'histoire de Nazneen, une immigrée arrivée à Londres pour épouser un homme qu'elle ne connaissait pas. Son rêve, comme nous le rappelle les nombreux flash-back (un peu trop nombreux et pathétiques), rentrer au pays pour y retrouver sa soeur. Le jour où son époux perd son emploi, elle y voit l'occasion de participer autrement à la vie de famille, sans se douter que cela changerait sa vie. Rendez-vous à Brick Lane suit ainsi l'émancipation progressive de cette femme restée trop longtemps muette. En rentrant dans le monde du travail (elle fait de la couture à domicile), Nazneen va rencontrer Karim et découvrir un sentiment nouveau: l'amour. La réalisatrice, dont c'est le premier film, brosse dès lors le portrait d'une femme en quête de liberté avec beaucoup de pudeur et de tendresse. De son oeuvre dégorge une sensualité inattendue, captée à l'aide de très gros plans sur des petites parties du corps des amoureux. Un regard appuyé. Des mains qui se frôlent. Un bout de peau dénudée. Il n'en faut pas plus pour éveiller les sens et captiver le spectateur. Et si la majorité du film suit cette histoire d'amour, la réalisatrice fait le pari audacieux de ne pas s'arrêter là.


Sarah Gavron intègre ainsi l'histoire de ces deux amants à celle d'une communauté en plein effusion. Celle des immigrés bengalis, regroupés à Londres dans le quartier de Brick Lane, sans cesse agressés par quelques fascistes. Entre problème d'intégration et choc culturel, la vie n'est pas toujours facile. Et lorsque survient le 11 septembre, les choses ne vont pas aller en s'arrangeant. La réalisatrice pose sa caméra au milieu de cette communauté tentée de se radicaliser. Karim en sera même l'un des chefs de file. C'est là que le personnage du mari prend toute son ampleur, lui qui n'était jusqu'alors un simple cocu. Il sera l'un des seuls à faire entendre sa voix pour la paix, rappelant à qui veut bien l'entendre que l'islam n'a rien avoir avec l'envie de certains hommes. Un personnage qui au final semble à l'image du film, toujours plus touchant et plus attachant. Sans conteste la belle découverte de la semaine.




> Festival du film britannique de Dinard 2007: Prix du public, prix du meilleur scénario
> BAFTA 2008: Nomination révélation de l'année


Crédit photo: Diapahana Films

Publié dans En salles

Commenter cet article