Alamar / Pedro Gonzalez-Rubio

Publié le par Limess

3-copie-13.jpg

 

Sortie: 01 décembre 2010

> L'histoire: Nathan, cinq ans, part pour les vacances d'été vivre chez son père, dans une maison sur pilotis de la mer des Caraïbes. Il y découvre une toute autre culture, loin de sa vie en Italie...

A la fin d'Alamar, Nathan, petit bout de chou de cinq ans, dessine sur une feuille tout ce qu'il a pu faire durant son séjour chez son père avant de l'enfermer dans une bouteille et de la jeter à la mer. Ce dessin, c'est justement Alamar, témoignage sous la forme d'un docu-fiction de l'existence d'une autre forme de civilisation, là bas, dans les mers des Caraïbes. Élevé par sa mère en Italie suite au divorce de ses parents, Nathan a grandit comme tous les autres petits garçons occidentaux au sein d'une ville, au coeur de la société de consommation. Mais cet été, c'est chez son père qu'il se rend, - probablement - pour la première fois, à l'autre bout du monde. Lui qui vit dans une maison sur pilotis, au coeur de la barrière de corail de Chinchorro. Fini les jeux vidéos, place à la plongée sous-marine, Nathan découvrant aux côtés de son père et de son grand-père la pratique de la pêche et la vie en communion avec la nature. Déjà réalisateur d'un documentaire, Toro Negro, présenté au festival du cinéma du réel, Pedro Gonzalez-Rubio donne ici à voir - de manière légère - la confrontation radicale entre deux cultures, responsable principal du divorce des parents de Nathan. Lui qui se réveille dans un lit en Italie, dans un hamac à l'autre bout de la terre.

4-copie-7.jpg 

Plus proche du documentaire que de la fiction, le cinéaste tend ainsi à montrer les pratiques de cette famille, vivant au rythme des parties de pêche. Ou comment l'on ramène de petits poissons lors de la pêche au tuba avant de les utiliser pour attraper de plus gros bestiaux. Et Nathan de s'étonner, en Italie, le poisson, on l'achète au marché. D'une grande simplicité, Alamar se présente avant tout pour le spectateur comme une invitation au voyage, au dépaysement total. Au sein d'une civilisation où l'homme vit au milieu des poissons, des crocodiles et autres oiseaux en tout genre. Ne rendant de comptes qu'à la météo, vivant en totale autarcie. Pour Nathan, l'occasion rêver de laisser la console dans la valise et d'apprendre à élever un héron blanc... Filmant sans pathos les retrouvailles entre ce père et son fils, Pedro Gonzalez-Rubio donne ainsi à voir la formidable complicité et l'amour qui les unis malgré la distance et les kilomètres. Des bagarres entre petits hommes au passage d'une connaissance d'une génération à une autre. Là est la beauté d'Alamar, film lumineux où sobriété - trop grande ? - se mêle à la douceur. Comme un petit air de vacances.

etoile1.jpgetoile1.jpgetoile1.jpgetoile2.jpgetoile2.jpg


> Festival Paris Cinéma 2010: en compétition


Crédit photo: MK2 Diffusion

Publié dans Festivals

Commenter cet article

Cinemapolis 24/01/2011 16:10


Interview exclusive avec Pedro Gonzalez-Rubio
http://www.cinemapolis.info/Rencontre-avec-Pedro-Gonzalez.html


guimik 08/07/2010 18:49


A ne pas manquer :

LES NUITS MEDITERRANEENNES DU COURT MÉTRAGE à Corte en Corse du 27 au 30 septembre 2010.

En bref la programmation:
LES NUITS MÉDITERRANÉENNES Le mardi 28 et mercredi 29 septembre 2010 3 programmes de courts métrages d’une durée totale d’1h30 proposés par les festivals de cinéma insulaires et ceux de la
Méditerranée.
LA COMPÉTITION ETUDIANTE Du lundi 27 septembre au jeudi 30 septembre 2010
LA COMPÉTITION INTERNATIONALE Du lundi 27 septembre au jeudi 30 septembre 2010
LA JOURNÉE ET CARNET DE VOYAGE ARTE FRANCE Le mercredi 29 septembre à 21h
LE PROGRAMME JEUNE PUBLIC Mardi 28 et mercredi 29 septembre à 10h et 14h30
LE TROPHEE MED. PETANQUE DES PERSONNALITES Mercredi 29 septembre à 14h30